[Résultats CAP] Trail des Cerfs 2014

Je participais ce matin à l’épreuve de 20 km du Trail des Cerfs.
Je me classe 50ème/529 à l’issue d’un effort de 1h42’09 ».

Ce résultat est très satisfaisant sachant que je n’avais pas couru depuis le jeudi 8 mai, et que je n’étais pas au plus frais ce matin. Je tenais en effet à réaliser samedi une séance PMA sur ergomètre que j’ai terminé à 23h !

Côté course, nous avons eu la chance d’avoir une météo magnifique, avec une température idéale pour courir en pleine nature. Le tracé dans la Forêt de Rambouillet était superbe. Le seul point un peu frustrant fut le profil de course. Alors que je m’attendais à un terrain sélectif peu après le départ, le premier tronçon technique n’arrivait qu’après 8 km de course. Vers le kilomètre 10, on franchissait une première butte qui permettait de faire exploser les groupes. Deux autres buttes viendront mettre un peu de piment dans l’épreuve. C’est dans ces passages délicats que je gagnais à chaque fois 3 à 4 places. Si je n’ai aucune base en endurance, il est clair que mes séances de seuil/PMA sur ergomètre me sont d’une grande aide pour franchir ces passages difficiles (pointe à 185 pulsations, avec une moyenne de 176 sur l’ensemble de l’épreuve). Enfin, dans les deux derniers kilomètres, un peu en difficulté, je perdais 3 places.

Mon prochain trail aura lieu le dimanche 22 juin dans les Yvelines. Dans ce même mois, je participerai à deux belles courses de vélo. En attendant, je dois encore réfléchir à mon planning du prochain week-end (compétition ou entraînement).

[Résultats CAP] Trail des 2 Buttes 2014

Au regard de mon état post Eco-Trail de Paris, ma participation au Trail des 2 Buttes de Marines était tout à fait incertaine. Si ma fièvre, survenue samedi après-midi, ne m’inquiétait pas vraiment, d’autres symptômes plus ennuyeux sont venus se greffer dans la journée de dimanche. Pendant plus de 36 heures, une énorme fatigue s’est installée (j’ai bien dû passer 30h au lit), avec une atroce douleur au niveau des globes oculaires, un peu comme une migraine d’une intensité terrible. Mon médecin m’avait d’ailleurs prescrit un traitement ciblant ce mal, basé sur des antibiotiques et des corticostéroïdes.

Je débutais ce traitement lundi après-midi, et lundi soir j’allais déjà beaucoup mieux. Quel soulagement ! J’ai poursuivi ce traitement toute la semaine. Pour l’anecdote, au hasard de mes travaux de réflexion et recherche actuels, la prise seule des corticostéroïdes aurait été suffisante pour gommer ma douleur. Celle-ci était purement d’origine nerveuse (névrite), sans la moindre manifestation d’écoulement ou de congestion sinusale. Tout est donc rapidement rentré dans l’ordre, et j’ai pu participer dimanche dernier à ce superbe Trail des 2 Buttes.

Nous n’étions que 90 au départ de l’épreuve de 20 km, ce qui s’expliquait par la très forte concurrence des organisations course à pied du jour. La difficulté de l’épreuve y était aussi certainement pour quelque chose. Côté résultat, je boucle les 20,400 km de course (525 mètres de D+) en 1h49’35 et me classe 19ème.

Comme lors de l’Eco-Trail de Paris, dès le départ, j’ai dû gérer une fréquence cardiaque élevée, avec de grosses difficultés à faire baisser le rythme (épreuve réalisée à 178 pulsations de moyenne !). Il n’y a pas de secret, quand on manque d’entraînement, soit on fonctionne au ralenti, soit on a tout de même envie de donner et dans ce cas on prend sur soi en attendant de reprendre de la caisse. J’ai malgré ça pris un grand plaisir sur un parcours exigeant et sélectif. En particulier, l’organisateur avait prévu une fin de tracé inattendue, très technique, constituée d’une succession de cuvettes et single tracks. Placée juste après une longue partie exposée au vent, cette portion de parcours semblait être là pour nous achever, ce qui est très bien pour faire une ultime sélection en fin de course. C’est d’ailleurs après ce passage qu’un sympathique compagnon de route s’est envolé sans que je puisse le suivre.

En ce qui concerne l’organisation, rien à dire, tout était bien cadré. Le fléchage pour arriver sur le site de la course était sans faille, l’accueil très agréable, l’encadrement de la course excellent, et l’arrivée particulièrement chaleureuse ! Et surtout, ça respirait la joie de vivre, le plaisir d’être là, un cadre qui n’a rien à envier aux courses de vélo. Rendez-vous l’année prochaine !

En attendant, je serai dimanche matin à Houilles (78) pour participer à une course à pied de 10 km, et l’après-midi à Saint-Gratien (95), au départ d’une course de vélo de plus de 80 km. Je repasserai samedi pour les détails.

[Résultats CAP] Eco-Trail de Paris 2014

Je participais hier à l’épreuve de 30 km de l’Eco-Trail de Paris. En dépit d’aptitudes physiques déplorables, j’ai tout de même passé un agréable moment dans l’ensemble. Une nuit de sommeil correcte, des conditions météos parfaites, et des sensations motivantes au départ, tous les bons ingrédients étaient réunis !

Ma course s’est déroulée en deux épisodes bien distincts :

  • Je passe les 22 premiers kilomètres, qui totalisent plus de 550 mètres de dénivelé positif, en un peu plus de 1h45 (12,50 km/h). A ce moment de la course, je suis classé 313ème.

ld_19902998

  • Je m’écroule complètement dans les 8 derniers kilomètres de plat, peu après le Parc de Saint-Cloud. Mes jambes étant très dures, et mon système nerveux en difficulté, je fais le choix de m’arrêter pour marcher vers le 23ème kilomètre. C’est là que je réalise vraiment les conséquences de mon absence totale de préparation. Un rapide calcul me permet de comprendre que je vais mettre bien plus d’une heure pour rallier l’arrivée en marchant. Cette perspective d’errer aussi longtemps est loin de m’emballer… Pour me motiver, je décide de tenter l’alternance 5 minutes de marche/5 minutes de footing lent. A partir de là, des dizaines de participants me doubleront, puis des centaines. Je perdrai près de 400 places en seulement 9 km (parcourus à moins de 7,8 km/h…). La bonne nouvelle est que je parviendrai à réaliser mon « objectif » de fin de course après 26 minutes de marche et 24 de footing lent.

Finalement, je boucle les 30,900 km de l’épreuve en 2h53’59 (10,66 km/h) et me classe 689ème/2680.

Eco-trail de Paris - After my finish
La tête dans les nuages, quel bonheur d’en avoir enfin terminé !

Je ne vais pas m’éterniser car je ne suis pas en état de faire plus de commentaires. J’avais identifié cette épreuve comme étant à haut risque, avec un risque de blessure et un risque de grosse fatigue générale qui me clouerait sur place vers la fin de l’épreuve. En ce qui concerne le premier, je suis sauf. Pour le second, c’est plus nuancé. Bien que je n’ai pas eu la sensation de terminer l’épreuve dans un état d’épuisement alarmant, mon corps ne l’a pas entendu ainsi. Depuis hier soir, je traîne une fièvre qui tourne autour des 39°C, signe qui révèle que j’ai vraiment pioché profond et que mon système immunitaire a répondu en conséquence. Je suis complètement dans les vapes ce soir, même après avoir dormi une bonne partie de la journée. Avec une bonne nuit de sommeil, en privilégiant une alimentation alcalinisante et reminéralisante, les choses devraient naturellement rentrer dans l’ordre d’ici un ou deux jours.

Prochaine étape, je serai dimanche prochain à Marines (95) pour un trail de 20 km.

P2490752

[Epreuve CAP] Eco-Trail de Paris 2014

Je serai dans moins de trois heures au départ de l’épreuve de 32 km de l’Eco-Trail de Paris.

logo

Comme je l’avais dernièrement évoqué, je souhaitais faire un article ciblé sur l’alimentation dans le cadre cet événement mais je n’ai vraiment pas eu le temps avec les derniers préparatifs pour l’Eco-Trail. Ce n’est pas bien grave, j’aurai largement l’occasion d’y revenir sachant que ma reprise en compétitions ne commence qu’aujourd’hui !

J’éprouve un certain malaise en écrivant ce mot – compétition – car qui dit compétition dit préparation et entraînements. Manque de bol, ce qui aurait pu constituer un semblant de préparation s’est complètement écroulé mercredi dernier. Alors que j’avais prévu de faire une semaine essentiellement centrée sur le vélo afin d’éviter une trop forte tension musculaire liée à la course à pied, mon ergomètre est de nouveau tombé en panne. Résultat, cette semaine fut réduite à néant ou presque sur le plan des entraînements. Le pire, c’est que je crois bien que mon ergomètre est mort cette fois-ci, ce qui veut dire que s’en est plus ou moins terminé pour moi avec le vélo… Bref, c’est une autre histoire sur laquelle je reviendrai prochainement.

En attendant, je pense à ce fichu trail qui est du coup complètement démesuré face à ma condition physique mais que j’espère malgré tout boucler sans casse.

[Résultats CAP] La Fuvelaine 2014

Après dix jours sans sport, je reprenais hier le vélo et la course à pied. Au programme, j’avais planifié une petite sortie vélo avant de prendre le départ de la 23ème édition de la Fuvelaine, une superbe épreuve course à pied tracée dans et autour du village de Fuveau (13).

La Fuvelaine 2014

Vers 8h, j’arrivais sur le site du départ de la Fuvelaine où plusieurs bénévoles s’affairaient déjà dans la préparation de l’épreuve. Sans perdre de temps, je m’habillais et partais pour 47 km de vélo. Le parcours que j’avais retenu été relativement exigeant sachant qu’il comportait 800 mètres de dénivelé positif, avec une alternance de montées et descentes qui ne laissait qu’une infime place au plat. Un mistral assez fort contribuait à renforcer la difficulté de la sortie.

CYCLING_PACA_PRE_FUVELAINE - Profile
Profil de ma sortie vélo

Après un peu plus d’1h35 de vélo, je récupérais mon dossard pour la Fuvelaine et profitais des 20 minutes qui précédaient le départ pour me préparer au chaud dans ma voiture.

Vers 10h30, le départ était donné. Nous étions près de 600 participants à nous élancer sur la course de 12,8 km. Le tracé proposé par l’organisateur était magnifique mais loin d’être évident avec ses 180 mètres de dénivelé positif, sa succession de plus ou moins longues montées et descentes, et un bon passage en forêt qui constituait la partie la plus délicate (environ un quart de la course). Un peu gêné au départ, le premier kilomètre passait comme une lettre à la poste. Je stabilisais ensuite ma position pendant une large majorité de la course. En fin d’épreuve, dans la descente de 1,5 km qui menait à l’arrivée, je perdais une petite quinzaine de places. A ce moment là, ainsi que tout au long de la course, je n’ai pas cherché à jouer sur le fil du rasoir comme je savais le faire en 2011 (époque à laquelle j’étais un peu mieux entraîné). Sans entraînement et sans avoir une très bonne connaissance de ses aptitudes à un moment donné, il faut être inconscient pour se mettre en difficulté en début ou en milieu d’épreuve. Il en est de même sur la fin, sachant que se mettre à terre pour aller chercher quelques secondes sur une course qui est loin d’être un objectif n’a strictement aucun sens.

Au final, je termine l’épreuve en 1h01’26 » (12,5 km/h) et me classe 182ème/579. A quelques jours du début de mes entraînements course à pied, je suis très satisfait de ce résultat.

Enfin, bravo à l’organisateur qui nous a offert un événement d’une réelle qualité grâce à un beau tracé pour passionnés de course à pied, à un bon encadrement, et à des cadeaux qui sortaient de l’ordinaire.

Photo 3
Plein Cadre