[Résultats CAP] Trail des 2 Buttes 2014

Au regard de mon état post Eco-Trail de Paris, ma participation au Trail des 2 Buttes de Marines était tout à fait incertaine. Si ma fièvre, survenue samedi après-midi, ne m’inquiétait pas vraiment, d’autres symptômes plus ennuyeux sont venus se greffer dans la journée de dimanche. Pendant plus de 36 heures, une énorme fatigue s’est installée (j’ai bien dû passer 30h au lit), avec une atroce douleur au niveau des globes oculaires, un peu comme une migraine d’une intensité terrible. Mon médecin m’avait d’ailleurs prescrit un traitement ciblant ce mal, basé sur des antibiotiques et des corticostéroïdes.

Je débutais ce traitement lundi après-midi, et lundi soir j’allais déjà beaucoup mieux. Quel soulagement ! J’ai poursuivi ce traitement toute la semaine. Pour l’anecdote, au hasard de mes travaux de réflexion et recherche actuels, la prise seule des corticostéroïdes aurait été suffisante pour gommer ma douleur. Celle-ci était purement d’origine nerveuse (névrite), sans la moindre manifestation d’écoulement ou de congestion sinusale. Tout est donc rapidement rentré dans l’ordre, et j’ai pu participer dimanche dernier à ce superbe Trail des 2 Buttes.

Nous n’étions que 90 au départ de l’épreuve de 20 km, ce qui s’expliquait par la très forte concurrence des organisations course à pied du jour. La difficulté de l’épreuve y était aussi certainement pour quelque chose. Côté résultat, je boucle les 20,400 km de course (525 mètres de D+) en 1h49’35 et me classe 19ème.

Comme lors de l’Eco-Trail de Paris, dès le départ, j’ai dû gérer une fréquence cardiaque élevée, avec de grosses difficultés à faire baisser le rythme (épreuve réalisée à 178 pulsations de moyenne !). Il n’y a pas de secret, quand on manque d’entraînement, soit on fonctionne au ralenti, soit on a tout de même envie de donner et dans ce cas on prend sur soi en attendant de reprendre de la caisse. J’ai malgré ça pris un grand plaisir sur un parcours exigeant et sélectif. En particulier, l’organisateur avait prévu une fin de tracé inattendue, très technique, constituée d’une succession de cuvettes et single tracks. Placée juste après une longue partie exposée au vent, cette portion de parcours semblait être là pour nous achever, ce qui est très bien pour faire une ultime sélection en fin de course. C’est d’ailleurs après ce passage qu’un sympathique compagnon de route s’est envolé sans que je puisse le suivre.

En ce qui concerne l’organisation, rien à dire, tout était bien cadré. Le fléchage pour arriver sur le site de la course était sans faille, l’accueil très agréable, l’encadrement de la course excellent, et l’arrivée particulièrement chaleureuse ! Et surtout, ça respirait la joie de vivre, le plaisir d’être là, un cadre qui n’a rien à envier aux courses de vélo. Rendez-vous l’année prochaine !

En attendant, je serai dimanche matin à Houilles (78) pour participer à une course à pied de 10 km, et l’après-midi à Saint-Gratien (95), au départ d’une course de vélo de plus de 80 km. Je repasserai samedi pour les détails.

One Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *