Vacances de printemps – Entraînements

Mes articles se font désormais aussi rares que mes séances de course à pied. En effet, je n’ai plus porté mes chaussures de running depuis plus de deux mois, à l’exception d’un 10 km sur piste réalisé il y a trois semaines dans le sud de la France.

Ce 10 km n’était pas prévu, je répondais à la sollicitation d’une vieille connaissance qui recherchait un soutien dans le cadre d’une séance sur piste. Le but de ce coureur était de tenter de faire un 10 km en moins de 38 minutes pour se rassurer quant à sa capacité à passer sous ce même temps sur une épreuve chronométrée officielle. Au passage, autant dire sans détour que cette approche de l’entraînement n’a pas de sens, mais ça c’est une autre histoire. La philosophie était avant tout de contribuer à relever un défi ambitieux pour ce coureur, ou du moins tenter de faire le maximum car je ne cours plus depuis des mois. Je comptais faire le lièvre pendant 5 ou 6 km puis me ranger pour faire quelques 200 mètres de mon côté. Finalement, je parvenais à tenir l’allure sur les 10 km et même à m’offrir le luxe de terminer fort dans les deux derniers tours. Je bouclais ce 10 km en 37ʹ46ʺ, et le collègue six secondes plus tard, la mission était accomplie !

La première réaction du collègue fut la satisfaction puis rapidement l’étonnement face à mon temps. J’avais même droit à une réaction du type « c’est pas possible, tu t’entraînes en cachette ». Ce n’était pas la première fois qu’on me la faisait celle-là. Ce n’était pas non plus la première fois que je tentais de faire passer le message autour de certains fondamentaux indispensables à celui ou celle qui aspire à la performance :

  • Pour réaliser des performances sportives, une des clés de la réussite est d’être capable de travailler sur le développement de ses propres capacités. Regarder ce qu’est capable de faire le voisin pour se comparer est une approche contre-productive qui fait perdre inutilement du temps. Ce qu’est capable de faire le voisin, on s’en fou !
  • On s’en fou d’autant plus que les comparaisons sont systématiquement insensées. En effet, on ne sait jamais exactement ce que fait le voisin, on ne connaît pas non plus son contexte d’ensemble, et les comparaisons sont souvent faites sur des éléments anecdotiques. Et pour réaliser des performances sportives, il n’y a qu’une philosophie du temps qui fonctionne. C’est celle de la construction sur le long terme, celle qui permet de comprendre les grands mécanismes de la physiologie et de prendre conscience des facteurs qui impactent les aptitudes physiques.
  • C’est également un temps nécessaire à l’analyse et à la réflexion. Parce que pour réaliser des performances sportives, il faut savoir faire preuve de subtilité dans la construction de son modèle d’entraînement et d’une profonde honnêteté envers sa propre personne.
  • Enfin, pour réaliser des performances sportives, il faut savoir penser simplement ! Ce n’est pas une paire de chaussures dont le prix est à trois chiffres qui fait la différence. Ce n’est pas non plus la montre à plusieurs centaines d’euros. Ce n’est pas non plus une masse précise de féculents ingérée la veille d’une épreuve qui fait la différence. Ce n’est toujours pas un plan d’entraînement tordu et contraignant qui fait la différence… La différence réside dans un développement intelligent des aptitudes physiologiques (= l’entraînement) et mentales. La différence réside plus généralement dans une capacité à bien penser tout en ayant la motivation intrinsèque pour faire.

Je pourrais développer ces quelques points et en ajouter d’autres mais je crois que l’essentiel est dit. Un dernière chose qui me tient à coeur de répéter est de ne pas avoir peur de sortir des sentiers battus, d’éliminer au maximum les relations humaines toxiques, et, d’une façon générale, de favoriser tous les éléments susceptibles de renforcer la confiance en soi. L’esprit de leadership est fondamental pour réussir en compétition. Il faut faire abstraction des parasites (à défaut d’être en mesure de les éliminer), mettre de côté les sentiments vis-à-vis du travail réalisé, éviter de laisser place à la chance ou au hasard, et garder en tête que c’est moins l’objectif même à atteindre que l’approche technique et philosophique qui conditionne la réussite.

En ce qui concerne mes activités, la course à pied est donc toujours en stand-by depuis juillet 2016, suite à ma blessure au pied. Je ressens toujours quelque chose qui ne me semble pas être qu’une question d’aponévrosite plantaire. Cette douleur m’emmerde vraiment, d’une part parce que j’étais en pleine progression, et d’autre part parce que je n’ai jamais pu mettre en pratique le modèle qui aurait pu me permettre d’aller encore plus loin. C’est comme ça… J’avais rebasculé sur le vélo en attendant mon rétablissement et j’y suis toujours depuis maintenant dix mois. Je prévoyais de m’acheter un vélo d’ici quelques jours mais je suis contraint de remettre ce projet à plus tard pour une question financière. Vu mon niveau actuel, j’ai une grosse envie de revenir à la compétition sur route ! En attendant, je poursuis mes entraînements sur ergomètre en déroulant ma liste de séances à 5,8 W / kg (PMA de 370 W pour un poids de 64 kg).

Le tableau ci-dessous synthétise mes entraînements du mois d’avril. Comme toujours, j’exprime le travail réalisé en pourcentages de ma PMA pour les séances de vélo et en pourcentages de ma VMA pour les séances de course à pied. De nombreux sportifs n’aiment pas cette façon de travailler, certainement parce qu’elle nous met face à nous-même. Pourtant, c’est la seule qui permet de fournir une vision réelle de nos aptitudes car elle correspond à une réalité physiologique (Quels résultats puis-je espérer avec mon volume d’entraînement actuel ? Est-ce que mon volume actuel est optimisé ? Quel schéma d’agencement de mes séances me permet de générer la meilleure surcompensation ? Est-ce que j’ai atteint un seuil avec mon volume actuel ? Etc.).

Pour un coureur à pied qui cherche à battre des records, il est dommage de ne pas se discipliner à suivre les grandes lois de la nature car c’est une philosophie qui permet de progresser très facilement. Je croise régulièrement des coureurs qui plafonnent sur leurs chronos, non pas parce qu’ils n’ont pas de potentiel (au contraire, il y a toujours tout à faire) mais parce qu’ils font de nombreux blocages psychologiques. On peut toujours se réfugier derrière des « mon voisin s’entraîne deux fois moins que moi et il fait mieux », « je suis trop vieux donc… », « toi t’es plus léger donc… », « tonton a de meilleures dispositions génétiques donc… », mais ça n’aide pas à casser la baraque. En s’affranchissant de ces blocages et avec une méthodologie bien pensée, les progrès ne peuvent être que spectaculaires !

Date Discipline Type Entraînement Description Durée
04/04 Vélo Seuil 8 x (5ʹ 76 % 96 RPM + 5ʹ 54 % 70 RPM) 1h35ʹ
05/04 Vélo PMA 9 x (1ʹ 89 % 102 RPM + 4ʹ 62 % 86 RPM) + 5ʹ 51 % 88 RPM + 5 x (1ʹ 89 % 102 RPM + 4ʹ 62 % 86 RPM) 1h30ʹ
06/04 Vélo Force 4 x (5ʹ 65 % 50 RPM + 4ʹ30ʺ 62 % 45 RPM + 30ʺ 135 % 120 RPM + 5ʹ 62 % 45 RPM + 4ʹ30ʺ 54 % 100 RPM + 30ʺ 135 % 120 RPM) 1h35ʹ
07/04 Vélo Seuil 5 x (10ʹ 76 % 96 RPM + 5ʹ 51 % 68 RPM) 1h30ʹ
08/04 Course à pied N/A 10 km sur piste 37ʹ46ʺ
14/04 Vélo Endurance 5 x (5ʹ 51 % 88 RPM + 5ʹ 54 % 90 RPM + 5 x (30ʺ 86 % 100 RPM + 30ʺ 62 % 86 RPM)) 1h30ʹ
15/04 Vélo Seuil (25ʹ 76 % 96 RPM + 10ʹ 51 % 68 RPM) + 2 x (5ʹ 76 % 96 RPM + 5ʹ 51 % 68 RPM) 1h10ʹ
17/04 Vélo PMA 5ʹ 54 % 80 RPM + 5ʹ 62 % 85 RPM + 5ʹ 68 % 90 RPM + 5 x (1ʹ 92 % 110 RPM + 4ʹ 68 % 90 RPM) 55ʹ
19/04 Vélo Seuil 5 x (5ʹ 78 % 97 RPM + 5ʹ 57 % 80 RPM) 1h05ʹ
20/04 Vélo Explosivité 8 x (5ʹ 51 % 80 RPM + 30ʺ 135 % 118 RPM) 59ʹ
21/04 Vélo Résistance 4 x (6ʹ 62 % 89 RPM + 2ʹ40ʺ 76 % 100 RPM + 50ʺ 89 % 109 RPM + 30ʺ 116 % 116 RPM) 55ʹ
22/04 Vélo PMA 5ʹ 54 % 80 RPM + 10 x (30ʺ 97 % 110 RPM + 30ʺ 62 % 79 RPM) + 5ʹ 57 % 80 RPM 35ʹ
23/04 Vélo Seuil 2 x (20ʹ 78 % 100 RPM + 5ʹ 51 % 80 RPM) 1h05ʹ
25/04 Vélo Explosivité 11 x (5ʹ 51 % 90 RPM + 10ʺ 168 % 120 RPM) 1h11ʹ50ʺ
26/04 Vélo Seuil 5 x (5ʹ 81 % 99 RPM + 5ʹ 57 % 80 RPM) 1h05ʹ
27/04 Vélo PMA 5ʹ 51 % 90 RPM + 2 x (6ʹ 86 % 107 RPM + 10ʹ 62 % 89 RPM) + (5ʹ 51 % 90 RPM + 10ʺ 168 % 120 RPM) 57ʹ10ʺ
28/04 Vélo Explosivité 6 x (5ʹ 51 % 89 RPM + 2ʹ 76 % 91 RPM + 10ʺ 168 % 120 RPM) 58ʹ
29/04 Vélo PMA 2 x [10 x (30ʺ 89 % 110 RPM + 30ʺ 68 % 80 RPM) + 5ʹ 54 % 80 RPM] 45ʹ
30/04 Vélo Seuil 3 x (10ʹ 81 % 100 RPM + 5ʹ 54 % 80 RPM) 1h

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *